Les vitraux de François Rouan

Baie de la chapelle Sud

Baie de l’église Sud

L’église Saint-Michel de Bonaguil
Une chapelle existait déjà au XIIIème siècle sur le site de Bonaguil, seul le porche Nord-Ouest subsiste aujourd’hui. Reconstruite par le seigneur de Bonaguil à partir de 1483, cet édifice, à la fois chapelle castrale et église paroissiale, a subi plusieurs modifications architectura­les liées à l’histoire même du château de Bonaguil. Elle est la sépulture de Bérenger de Roquefeuil. A ce titre, elle est riche d’éléments patrimoniaux et présente des éléments distinctifs comme des fresques, des blasons et une litre. Cette dernière, qui se manifeste par un bandeau noir, atteste du privilège accordé au seigneur fondateur d’être enterré en ce lieu. Elle est protégée au titre des monuments historiques depuis son classement par arrêté pris en 1963.

La restauration de l’église
En 2008, dans le cadre d’une restauration générale du bâtiment il a été retenu, devant la totale disparition des vitraux anciens, de confier à un artiste la création de vitraux contemporains. Fumel Communauté, le Conseil général de Lot et Garonne ainsi que la DRAC Aquitaine se sont associés à cette prise de décision. Notre association pour sa part s’en est vivement félicitée. Un appel d’offre public a permis de retenir la proposition de l’artiste François Rouan (francoisrouan.net) et de l’atelier du maître verrier Simon-Marq de Reims (Simon-Marq). Les nouveaux vitraux ont été mis en place à la fin du mois d’octobre 2014.

Baie de la chapelle Sud Vue de l'extérieur

Baie de l’église Sud
Vue de l’extérieur

Insérer une oeuvre contemporaine
L’insertion d’une œuvre de création contemporaine dans un lieu patrimonial particulièrement typé comme le château de Bonaguil et son église est un geste artistique délicat à conduire. Ce doit être un geste de création qui, avec toute sa singularité contemporaine, trouve sa place dans une architecture et donc une histoire des siècles passés fortement prégnantes.

Depuis plus d’une trentaine d’années les vitraux de nombreuses églises et cathédrales qui ont été détruits pendant la première ou la seconde guerre mondiale ont été restaurés avec des créations contemporaines. Marc Chagall a créé les vitraux de la cathédrale de Reims, Pierre Soulages ceux de l’abbatiale de Conques et plus près de nous Olivier Debré a créé ceux de l’église de Saint Etrope de Born dans le Lot et Garonne, au nord de Monflanquin.

François Rouan est un peintre dont les œuvres sont présentes dans de nombreux musées français et étrangers. Elles sont parfois comparées à celles de Matisse.
Il a réalisé des vitraux dans plusieurs lieux de culte dont la cathédrale de Nevers. Ses réalisations ont été conduites avec l’Atelier Simon-Marq qui a vu le jour en 1640 à Reims.

Pour habiller les baies de l’église Saint-Michel de Bonaguil de dimensions et de formes différentes, François Rouan a retenu une unique couleur, dite de rose à l’or pour capter la lumière. Cette couleur est portée en surface par un verre soufflé à la bouche que le compagnon verrier obtient avec des oxydes métalliques. Une fois découpés les carreaux de verre sont gravés par sablage selon les indications de l’artiste et par endroits estompés avec de l’acide de la même façon que l’on essuie de la buée sur une vitre.

Dans la lumière de Saint Michel de Bonaguil

Dans la lumière de Saint Michel de Bonaguil

Dans la lumière de l’Archange
En utilisant une seule couleur, celle de rose à l’or, l’artiste a trouvé le moyen de plonger le visiteur dans la mystique du lieu. Un filet gravé dans le verre court d’une baie à l’autre et constitue un lien d’une discrète, mais très présente musicalité décorative. Peut-être s’agit-il d’un chemin de tours et de détours, d’entrelacs de la vie qui conduit de la terre au paradis ?

 

Baie de la chapelle Nord

Baie de l’église Nord